wrapper

Infos flash

HISTORIQUE DE LA POLICE NATIONALE

La Police sous la colonisation

Selon le commissaire Hubert KHO :

Il n’est pas aisé de dire avec précision si dans la Haute-Volta de 1919 à 1932 il existe des services de police institutionnellement partant. on sait seulement que l’autorité coloniale avait mis sur pied dans les régions sahéliennes une force calquée sur un système qui existait en Afrique du Nord.

C’était des unités paramilitaires appelées « GOUM » et formées par des hommes appelés « GOUMIERS » recrutés exclusivement parmi les autochtones du pays. Ces goumiers étaient de vigoureux cavaliers tout de rouge vêtus et qui assuraient le maintien de l’ordre au sein des populations.

Ils partageaient le terrain avec les gardes cercles devenus par la suite les gardes républicains dont le rôle était essentiellement la surveillance des prisons et des détenus en corvée extérieure, la garde des bureaux et des résidences administratives. Eux se sont tristement illustrés sur les chantiers de construction des routes par les traitements barbares qu’ils faisaient subir aux populations utilisées sur ces chantiers, sous le régime du travail forcé.

Il est donc vraisemblable que la police ne fit son apparition dans le pays qu’après son fractionnel attelage à la colonie de la côte d’Ivoire, entre 1932 et 1947. C’est au cours de cette période, semble –t-il qu’intervient la création d’un premier commissariat dit urbain, dans les deux principales cités de la région, Ouagadougou et Bobo–Dioulasso, car c’est à ce moment qu’eut lieu le recrutement des premiers assistants originaires de sa nouvelle circonscription du Nord. Les éléments les plus reconnus de cette promotion initiale étaient M. PALENFO Djioulté et le regretté doyen Maurice ROUANBA.

La police après 1947

C’est par la loi du 04 septembre 1947 que la colonie fut reconstituée dans son intégralité territoriale d’antan. Ce fut sur la base du dispositif héritier de la Côte d’Ivoire et comprenant le corps des agents, que la « nouvelle » Haute - Volta entreprit d’organiser ses propres structures locales. Toutefois, avant la création du corps des assistants de police en 1949, il y avait déjà sur place trois éléments entièrement recrutés à Ouagadougou par la colonie du Niger voisin, et qui attendaient du jour au lendemain leur mise en route pour Niamey. Mais du faite qu’ils étaient d’authentiques voltaïques et se virent récupérés d’office et intégrés par la Haute – Volta dans le corps qu’elle venait elle- même de fonder. Ils avaient pour noms : Michel COMPAORE, Casimir OUEDOUDA et Alexis ROUAMBA.

En plus de ces trois jeunes cadres subalternes autochtones ravis au Niger vinrent s’ajouter huit (08) autres assistants, les tous premiers qu’elle recruta elle-même par le biais d’un concours organisé le 12 janvier 1950. Ces derniers prirent leur service entre le 21 et le 31 du même mois. Il s’agit en l’occurrence de :

  • Lansina SIDIBE,
  • Georges SEDOGO ;
  • Hubert KHO ;
  • David Dapougui KERE ;
  • Marcel ONGUIERMA ;
  • Ladji GUINDO ;
  • Jean Baptiste KIENDREBEOGO ;
  • Edmond Nantamou BICABA

Bien que Ouagadougou soit demeuré la capitale, c’est Bobo–Dioulasso qu’on préféra installer la direction territoriale de la sûreté, coiffée par le commissaire Sauveur CANALE. C’est lui qui jeta les bases de notre police en 1948.

C’est en 1949, plus précisément le 28 décembre que fut pris un arrêté local n°498/SU du 28/12/49 portant organisation de service de police du territoire de la Haute–Volta.
Ce texte constitue véritablement l’acte de naissance de la police de la Haute–Volta pré et post indépendance.

Le 1er Août 1958 fut pris un autre arrêté N°403 portant création des services dits police territoriale et instituant une direction de la police territoriale dont le siège était à Ouagadougou.

Ce n’est qu’en 1959 que fut pris le Décret N°132/VPI/CAB DU 13/05/59 portant création d’une direction des services de sécurité de la république de Haute –Volta. Ce texte évolue au rythme de l’histoire du pays et des changements souhaités. Mais,

« L’histoire n’est jamais passé à coté de la police sans la marquer de sa griffe et sans lui imprimer son sceau indélébile. »

Cette assertion d’un éminent professeur de renseignements généraux à l’école nationale Supérieur de Police de Saint Cyr au Mont d’Or (France 1986) peut aisément se vérifier auprès de la police burkinabé, et expliquer par voie de conséquence, la situation d’instabilité qui a caractérisé cette institution depuis la prise de ce décret, jusqu’à sa dernière et notable réorganisation en 1991, après le retour à une vie constitutionnelle normale.

A partir de 1960

- 1960 : avènement de la première république

- 1960 : création des CRS par décret N°407/PRES/DSS du 17 octobre 1960 portant Création de la compagnie Républicaine de Sécurité.

- 1960 : adoption du décret N°549/PRES/T/FP du 31/12/60 portant statut particuliers des corps du personnel du cadre des fonctionnaires des services de sécurité

- 1961 : départ du premier directeur français de la police nationale , le Commissaire divisionnaire LEFUEL et nomination du premier policier voltaïque à ce poste , en l’occurrence M Michel COMPAORE, officier de police adjoint ;

- 1960-1961 : mise en place des premiers commissariats de district de Ouahigouya, Koudougou, Fada, Tenkodogo, Pô, Kaya,Dori, puis Banfora, Gaoua et Nouna..

- 1961 : adhésion à Copenhague de la Haute-Volta à l’OIPC- Interpol

- 1964 : adjonction d’un corps d’officiers de paix par décret N°184/PRES/T/FP/SE du 18/04/64.

- 1965 : premier recrutement d’agents CRS

- 1965 : création des postes de polices de Pô et de Niangologo

- 1966 : premier régime d’exception

- 1967 : création du poste de police de Niangologo (pour gérer le mouvement de refoulement de voltaïques en Conte d’Ivoire)

- 1969 : création d’une police spéciale des chemins de fer au sein de la direction des services des sécurité par décret N°69/107/PRES/IS/DSS du 12/06/69

- 1970 : création et organisation de l’ENP et du Camp CRS par décret N°70/075/PRES/du 06/05/70

- 1971 :
installation de l’ENP et du Camp CRS dans le site de Gounghin

-  1972 : organisation de la Direction Générale de la Sûreté Nationale par arrêté N°408/IS/DGSN/ du 05/12/72

- 1973 : création de la direction générale de la sûreté nationale par décret N°73-195/pm/FP-T/IS du 23/08/73

1970 : deuxième république

- 1974 : deuxième régime d’exception (renouveau national) ;

- 1976 : création d’un corps d’assistantes de police par décret N°766183/PRES/FPT/IS/DGSN

- 1978 : troisième république ;

- 1980 : Troisième régime d’exception ( CMRPN) ;

- 1980 : création de la Direction Générale de la Police Nationale

- 1982 : quatrième république d’exception (CSP 1) ;

- 1983 : cinquième république d’exception (CSP 2) ;

- 1983 : sixième régime d’exception (avènement du CNR) ;

- 1984 : organisation du Ministère de l’Administration territoriale et de la sécurité consacrant le changement d’appellation de la Direction Générale de la Police Nationale en Direction Générale de la Sécurité Publique ;

- 1984 : Suppression de la CRS

- 1984 : renversement des effectifs de la Garde Générale de la Police Nationale et réorganisation des services au lendemain du 15 octobre 1987 (Rectification de la Révolution) ;

- 1987 : création de la FMATS

- 1987 : septième régime d’exception (évènement du front populaire) ;

- 1991 : création de 11 régions de police ; Création de la DCIR ;

- 1991 : retour à une vie constitutionnelle normale (4ème république) ;

- 1999 : nomination d’un ministère délégué auprès du Ministre de l’Administration territoriale et de la sécurité, chargé de la sécurité ;

- 2000 : création du Ministère de la Sécurité ;

- 2003 : création de deux autres directions régionales ;

- 2006 : adoption de textes divers sur les tenues, les gardes et appellations, le RDG et le TOES ;

- 2008 : réorganisations de la DGPN avec : rattachement du BCN Interpol au cabinet du DGPN ; création d’une division des sports, des arts et de la culture ;

- 2008 : Organisation des premières journées de la Police Nationale.

La conséquence de ce perpétuel recommencement après chaque changement de régime ou de recomposition du gouvernement est, comme le dit si bien le dicton « pierre qui roule n’amasse pas de mousse »

  • - Le sentiment d’absence d’identité ;
  • - Le sentiment d’absence de cohésion entre ses membres ;
  • - Le sentiment d’être toujours classé à jouer les derniers rôles dans l’exécution même de ses missions régaliennes ;
  • - Le sentiment d’être à la traîné par rapport à l’évolution, en matière d’effectifs, d’infrastructures de logiciels et d’équipement pour la protection des personnes et des biens.

Initialement toujours rattachée au Ministère chargé de l’intérieur, cette direction est allée former, avec les autres corps militaire, le Ministère de la défense populaire et de la sécurité, sous le régime du front populaire en 1987, pour être à nouveau rattachée implicitement au Ministère de l’Administration Territoriale depuis l’avènement de l’Etat de droit en 1991

Avec la création en 2000 du Ministère de la sécurité, la police Nationale à été détachée du Ministère en charge de l’intérieur pour constituer la direction principale de l’application de la politique de sécurité du pays au nouveau ministère.

Numéros utiles

17     Police Nationale 
18    Sapeur Pompier
16    Gendarmerie
1010    CNVA
25 33 12 83    Standard Police
 
 
 
 

Statistiques des visites

Aujourd'hui146
Hier983
Cette semaine2074
Ce mois22251
Total272708